Bras de fer entre le gouvernement et l’opposition sur la manifestation de ce mardi
By romain On 24 Oct, 2017 At 11:16 AM | Categorized As Featured, Haiti Political News, Hot news | With 0 Comments

A l’issue d’une réunion à l’extraordinaire du Conseil supérieur de la police nationale lundi soir, il a été décidé que parce que les organisateurs de la manifestation n’avaient pas respecté les normes dans la notification de la police, ils ne peuvent pas gagner les rues ce mardi 24 octobre. Le ministre de l’Intérieur, Max Rudolph Saint-Albin, également 2e vice-président du CSPN a fait savoir sur Magik 9 que la police nationale a été instruit en ce sens. Parallèlement, Moïse Jean-Charles, de l’opposition, rejette les explications du gouvernement et maintient la manifestation.

« Il n’y aura pas de manifestation aujourd’hui », a déclaré le ministre de l’Intérieur tôt ce mardi, quelques heures avant le lancement de la manifestation de l’opposition contre le pouvoir en place. Max Rudolph Saint-Albin a dit constater, ces derniers jours, une dérive dans l’organisation des manifestations. « Plus que jamais, le gouvernement décide de régulariser les manifestations », a-t-il dit, soulignant que le CSPN a pris plusieurs résolutions en ce sens.

Le ministre a évoqué un vice de forme dans la façon dont les organisateurs de la manifestation avaient notifié la police nationale.

Désormais, fini l’ère d’une simple notification à la police pour gagner les rues. Selon le ministre Saint-Albin, les organisateurs des manifestations doivent maintenant s’asseoir avec la police nationale pour discuter sur le parcours 48 heures avant la manifestation « dans l’intérêt des uns et des autres », a-t-il dit.

Pour le gouvernement, les manifestations violentes de ces derniers jours sont tout sauf des manifestations. « Ce sont des actes de banditisme et de vandalisme. Nous autres l’Etat, nous disons non ! », a fulminé le ministre de l’Intérieur. « Vous avez le droit de manifester, mais il faut le faire pacifiquement, tranquillement et dans la sérénité », a-t-il affirmé.

Le gouvernement ne digère pas le fait que les organisateurs des manifestations décident de faire des rassemblements dans environ huit points dans l’aire métropolitaine. Selon les autorités, cela pose un problème de sécurité pour les manifestants et pour la population.

L’ancien candidat à la présidence, Moïse Jean-Charles rejette la position du gouvernement et appelle la population à gagner les rues ce mardi pour exiger, a-t-il dit, le départ du président Jovenel Moïse, dénoncer la tentative de monter un Conseil électoral permanent, entre autres. Le leader de la plateforme politique a soutenu que dans la Constitution il n’est dit nulle part que les organisateurs de la manifestation doivent discuter du parcours avec la police nationale.

« Personne ne peut nous empêcher de manifester. La police a été notifiée de la manifestation et nous allons gagner les rues ce mardi. Le rassemblement se fera à Pétion-Ville… », a soutenu le leader de l’opposition.

 

**RADIO THIM FM**

About -

Leave a comment

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>